Comment se lancer dans la longue distance à vélo ? – avec Axel Carion et la FFVélo

Salut les amis, c’est Axel, me voici pour ce deuxième tutoriel de la longue série que je vous prépare en collaboration avec la Fédération Française de Cyclotourisme. Aujourd’hui, je vais aborder un sujet avec vous en moins de dix minutes pour vous donner envie de vous lancer sur le cyclisme longue distance. Allez, c’est parti, je vous emmène.

Comment se lancer dans la longue distance à vélo ?

Pour tenter d’y répondre, je vais vous raconter comment je suis passé sur la longue distance. Il y a dix ans, on m’a proposé de partir sur un voyage à vélo, avec deux amis, et faire 120 km par jour pendant 10 jours, donc 1200 km. J’avais à l’époque jamais fait une sortie de plus de 50 kilomètres à vélo. C’est comme ça que je me suis lancé dans la longue distance. 

1. Parlez-en à votre entourage, roulez entre ami(e)s

C’est le premier conseil que je vais vous donner, c’est-à-dire d’en parler à vos amis, d’en parler autour de vous. Si vous avez le souhait de vous lancer dans la longue distance vous avez peut-être des gens autour de vous qui le pratiquent déjà et ça va vous aider à créer cette énergie pour vous encourager et finalement vous lancer à votre tour. Il y a également une notion de défi qui est connecté à ma première expérience de la longue distance, donc bien sûr parlez-en autour de vous. Essayez de vous lancer un défi entre amis. Ça va clairement vous galvaniser, vous donner envie de vous lancer dans cette superbe aventure qu’est la longue distance.

BikingMan Brésil

2. Inspirez-vous des autres aventuriers et récits

Le deuxième conseil que je peux vous donner pour pouvoir se motiver et surtout trouver des défis, c’est de s’inspirer. Pensez à lire des blogs, ou des ouvrages, car il y a plein de gens qui font des choses formidables. Là, en l’occurrence, c’est Alexandre Poussin. Je ne fais pas ça pub, mais c’est quelqu’un qui m’a beaucoup marqué en tant qu’aventurier-explorateur. En tout cas s’inspirer, clairement moi, ça m’a beaucoup aidé. Je fais pas mal de recherches et ça m’a permis aussi de faire des rencontres formidables.

3. Allez-y progressivement et relevez de petits défis

Le troisième conseil, pour revenir sur la partie physique et préparation, c’est d’y aller progressivement dans la longue distance. Vous avez la possibilité de faire 200 km, 300 km, 600 km, 1000 km. Il n’y a pas vraiment de limites. La seule limite, c’est votre ambition. Donc vous allez trouver beaucoup de défis à relever. L’essentiel, c’est d’y aller par étapes.

Across Andes

4. Listez vos craintes et vos peurs sur la longue distance

Ce que je peux vous recommander de faire, c’est très simple, moi à l’époque quand je me suis lancée sur un très grand voyage à vélo en 2015 pour les traverser l’Amérique du Sud en pédalant plus de 240 jours, j’ai pris une feuille blanche, j’ai pris un stylo et j’avais listé tous les challenges qui me faisaient peur. Ça pouvait être une journée par exemple de plus de 200 kilomètres, ça pouvait être une journée de plus de 2500 mètres de dénivelé positif, ça pourrait être une journée de pédaler sous la pluie, etc. Listez tout ce qui vous fait peur sur la longue distance sur un papier. Ça va beaucoup vous aider à aller cocher des cases dans votre préparation avec un défi en ligne de mire.

Cela va vous donner confiance en vous et également vous préparez un petit peu plus, même si au final dans la longue distance la clé, c’est quand même de se préparer à l’imprévisible. Donc, il ne faut pas essayer non plus de faire que cocher des cases. Il faut aussi se préparer mentalement à savoir une fringale, c’est-à-dire manqué d’alimentation sur de la longue distance, avoir des surprises au niveau des vêtements que vous utilisez. Tout ça fait partie de la magie de longues distances. Il y a beaucoup de choses à apprendre et je pense que jusqu’à la fin de nos jours, on apprend sur cette pratique. C’est ça qui en fait toute sa beauté.

Axel Carion - BikingMan Brésil

5. Préparez votre kit de matériel minimaliste

Bien sûr, une fois que vous êtes préparé un minimum physiquement, inspiré, assurez-vous quand même de transporter le minimum de matériel nécessaire. Quand on parle de longue distance, on parle généralement de pédaler toute la journée voire peut-être plusieurs jours d’affilée. Donc, le matériel va être mis à rude épreuve, votre corps va être mis à rude épreuve, le mental aussi. Penser à prendre le minimum de matériel. J’ai partagé plein de tutos sur ma chaîne d’ailleurs sur ce sujet pour vous aider à savoir quel type de matériel emmener. Pensez à la petite trousse outils, pensez peut-être à des sacoches de bikepacking pour pouvoir être un minimum équipé pour pallier aux surprises côté vestimentaire ou côté réparation mécanique. Ce sont toutes ces petites anecdotes qui peuvent ajouter du sel aventure, mais qui peuvent aussi vous décourager d’aller plus loin.

roue moyeu dynamo SON

6. Emportez du ravitaillement pour de l’ultra-distance

Une fois que vous êtes potentiellement près pour votre défi ne négligez pas l’aspect alimentaire. Pensez hydratation, pensez alimentation. Ces éléments sont extrêmement importants et j’ai partagé plein de tutoriels sur ce sujet. L’essentiel c’est, comme le matériel, de ne pas partir les poches vides. Assurez-vous de prendre un bidon, peut-être même deux. Toute cette préoccupation majeure de limiter le poids sur un format cyclosportif n’est pas aussi pertinente sur la longue distance. En ultra-cyclisme, c’est de tenir qui est important et pour tenir jusqu’à la fin, il faut transporter des réserves alimentaires avec vous.

Axel Carion et son Graxx

7. Découvrez l’agenda des épreuves cyclistes

Enfin, le dernier conseil que j’ai envie de vous donner, c’est bien sûr un clin d’œil à la fédération française de cyclotourisme. Je vous mets d’ailleurs le lien vers leur site internet avec le calendrier des événements qui sont organisés par les passionnés comme moi, sur la partie longue distance. Vous pourrez potentiellement trouver quelque chose autour de chez vous puisqu’il y a plein d’événements sur la longue distance qui s’organisent en France. Bref, regardez ce calendrier parce qu’il y a plein d’organisateurs qui font des choses formidables et qui peuvent vous permettre de partir sur des événements de 200 kilomètres jusqu’à plus de 1000 km.

L’essentiel ce n’est pas forcément de faire le plus long, c’est surtout de vous lancer. Pour info, mon premier BRM 200km (Brevet des randonneurs mondiaux), je l’ai fait en 2014. Avant ça, j’étais parti déjà en randonneuse faire plein de jours à vélo. Mais, clairement le 200 km, c’est vraiment un cap qui est important à franchir. C’est super valorisant dans le sens où tout le monde se souvient de son premier 200 km et c’est peut-être par là que vous devriez commencer.

Récit par : Axel Carion, avec la FFVélo

Partagez cet article

Abonnez-vous à la newsletter


Recevez les dernières actualités Origine directement par email.