Comment gérer les entraînements en couple ?

S’entraîner en couple peut parfois en gêner certains jusqu’à créer un certain malaise dans le couple. « Trop vite », « pas assez vite », « pas assez de watts », « trop de pauses », « il-elle bourrine, je passe mes sorties à essayer de ne pas sauter de sa roue » : autant d’exemples qui transforment parfois les entraînements partagés en un calvaire sans nom. Alors pour éviter tout cela, on préfère ne pas s’entraîner ensemble. Quel dommage. Le sport est tellement plus appréciable quand il est partagé.

Conseil n° 1 : Savoir s’adapter et développer son altruisme

Entre nous.. il y a bien au moins une séance par semaine où on peut facilement décrocher les yeux de son compteur non ? Est-ce que rouler à 150W au lieu de 180W sur une sortie de 2 heures va être préjudiciable pour votre saison ? Pourquoi ne pas profiter de vos séances « Endurance » ou « Récupération » pour les partager avec votre moitié ? L’altruisme a du bon ! S’adapter a du bon ! Alors oui.. Généralement il faut mieux que ce soit la personne la plus forte qui s’adapte plutôt que l’inverse. Note au « plus costaud » : Aimeriez-vous être au seuil, à la limite à chaque relance pendant 2 heures alors qu’on vous a promis une sortie « peinard » ? Écouter et respecter le niveau de l’autre est une première étape pour encourager quelqu’un. Et si l’autre personne se sent encouragée, alors elle persistera davantage et progressera et vous aurez en toute logique moins à adapter votre allure. CQFD.

entrainement couple cycliste

Conseil n°2 : Rechercher une autre satisfaction que l’effort physique

Le sport n’est pas qu’une question de performance. Et puis la notion de performance n’est pas à apprécier uniquement autour de données chiffrées. Profitez de ces moments de partage pour trouver de la satisfaction dans la découverte de nouveaux horizons. Prenez des itinéraires jusqu’ici inconnus. Ces entraînements souples peuvent aussi devenir des moments d’échanges, de discussions.   Pourquoi ne pas saisir cette occasion pour parler de nouveaux sujets et de nouveaux projets. Lâchez prise, laissez tourner les jambes toutes seules et appréciez le moment.

Conseil n°3 : Et si l’écart est important ?

On ne vous a pas conseillé de tout partager ! Nous vous avons plutôt expliqué qu’il était possible de partager certaines séances et d’en tirer un bénéfice plus subtile ! Pour le reste, pour vos exercices d’intensité par exemple, de travail spécifique, gardez du temps pour vous. Discutez, communiquez avec votre partenaire et expliquez ce que vous prévoyez de faire. Chaque séance d’intensité est forcément constituée d’un échauffement et d’une récupération plutôt tranquille ; alors avec un peu de gymnastique et de logistique il est possible de ne pas partir rouler seul(e) une nouvelle fois. 

entrainement-couple-velo

Conseil n°4 : Tirer bénéfice de l’entraînement à deux

Tout athlète qui connaît, tôt ou tard, la lassitude de l’entraînement peut comprendre l’intérêt d’avoir quelqu’un pour se soutenir et garder la motivation. Même si la plupart du temps vous réussissez à vous convaincre que le ou la costaud que vous êtes n’a besoin de personne pour partir s’entraîner, il n’est pas rare que les sportifs soient confrontés à une baisse de motivation ! La répétition des sorties, la météo, les aléas peuvent effriter votre détermination et c’est normal ! C’est alors qu’intervient votre compère – votre partenaire – votre allié (e) qui saura alors trouver les mots, les gestes vous permettant de vous remettre en selle ! 

Récit par : Théo Dupras

Partagez cet article

Abonnez-vous à la newsletter


Recevez les dernières actualités Origine directement par email.