VTT bikepacking, trois jours d’itinérance en montagne

Sur les cartes des Alpes, de grandes zones sont marquées en vert, tel le Parc national de la Vanoise, des Ecrins ou du Mercantour. À l’est du massif alpin, il existe un Parc que nous, francophones, connaissons peu. Le Parc National Suisse est le plus ancien sanctuaire des Alpes. Il était tentant de parcourir ses contours en partant pour une aventure de trois jours, en suivant un itinéraire balisé, le Nationalpark Bike-Tour.

Le Nationalpark Bike-Tour en VTT de bikepacking

En ce mois d’août 2022, je rejoins une des vallées les plus belles des Alpes, l’Engadine située dans le canton des Grisons. L’itinéraire du Nationalpark Bike-Tour, entièrement balisé, permet de rejoindre les plus beaux paysages et de passer en Italie. Mon Théorème GTR va se muer en VTT de bikepacking. Équipé d’une tige de selle télescopique, il va s’avérer d’une polyvalence étonnante. Départ à Scuol, au cœur de la Suisse éternelle où les montagnes, forcément belles, illuminent en toile de fond des paysages aptes à m’émouvoir.

Ce VTT semi-rigide, taillé pour des circuits rapides et exigeants physiquement, devient mon compagnon de voyage. Dès les premiers kilomètres, la pente s’élève, inexorablement. Je grimpe le long du Cleminga. Malgré les sacoches de la selle et du cadre, équipé de roues de VTT en carbone Prymahl mon semi-rigide demeure léger. Je ne ressens pas un poids conséquent ni d’enclume à tirer. En itinérance, en optant un VTT léger à la base, on se prémunit d’un surpoids qui briderait ses prétentions en haute montagne.

Nationalpark Bike-Tour

Sur le chemin bien large, je suis heureux de piloter ce Théorème GTR, construit pour la performance et le chrono. Je ne m’en laisse pas compter. Il réagit et sort de sa boîte comme un démon. Il bondit et m’emmène vers l’Alp Astras qui est l’une de ces cabanes suisses où l’on peut prendre un verre et s’alimenter.

Dans l’ascension à travers l’alpage, la poussière assèche les chaînes du vélo et ma gorge. Les fins crampons des pneus Continental accrochent sur ce type de terrain. Mais gare en cas de pluie : ces carcasses ne sont pas adaptées au terrain humide. J’espère que le ciel ne se déchirera pas durant ces trois jours d’itinérance.

VTT aventure

La polyvalence du Théorème GTR, en bikepacking

La descente emprunte un chemin large et bien tracé : la géométrie du Théorème et son angle de direction de 69° degrés sont adaptés à ce type de parcours mais j’éviterai les singles trop techniques longeant en parallèle la trace principale : il n’a pas été conçu pour cela. La descente est rapide, traverse une forêt de conifères avant d’émerger sur le flanc ensoleillé de l’Alp Champatsch.

La descente vers le village de Tschierv est une autre partie de plaisir : le Théorème se joue des virages en épingles. Je longe les prés où la fenaison a débuté. Les hautes montagnes enserrent ces villages du Val Müstair. A l’horizon, j’aperçois une montagne hostile, faite de pics en grès et à l’étape, une montagne humanisée et riante où le village de Saint Maria s’intègre parfaitement à l’environnement.

VTT semi rigide

Du Parc National Suisse à l’Italie, en VTT semi-rigide

Le deuxième jour sera marqué par le passage en Italie. L’ascension rejoint le Val Vau et je peux compter sur la légèreté de mon Théorème pour en venir à bout sans y laisser trop d’énergie. L’ascension s’effectue toute « à la pédale ». Le pourcentage constant et le chemin carrossable permettent de grimper au train et d’atteindre la cote de 2230 m au col Dös Radond.

Du col se dévoile face à mes roues un immense plateau d’altitude où galopent des chevaux sauvages. J’enclenche le petit pignon et viens à bout très vite de la plaine qui se casse plus loin en une moraine qu’il va falloir franchir via un sentier traversant le pierrier. Grâce au centre gravité plus bas – merci la tige de selle télescopique – je négocie non sans mal le single trail : les Continental glissent quelque peu et m’occasionnent quelques frayeurs. Pour un prochain parcours bikepacking en montagne, j’opterai pour des pneus plus accrocheurs.

VTT bikepacking

Au pied, la large vallée di Fraéle respire l’Italie. Les vététistes me saluent avec un grand sourire et les échoppes s’ouvrent et proposent de succulents paninis et autres pizzas. L’Alpisella domine le lac : ce petit col est une des ouvertures à cette région désenclavée qu’est Livigno. Les montagnes que nous rejoignons à l’approche du village lombard sont contrastées avec leurs versants très verts. Les forêts se perdent à l’infini sur ces flancs extrêmement pentus où a été dessiné un chemin des plus rapides.

Au troisième jour, dans le Val Federia, j’emprunte un chemin magnifique où je laisse une nouvelle fois exprimer le Théorème. Il me permet de rejoindre l’ambiance de la haute montagne sans grande difficulté. En quittant le chemin principal, un autre à droite grimpe en lacets. Le pourcentage s’envole et je dois cette fois pousser jusqu’au col de Chaschauna à 2690 m d’altitude. Au sommet, je bascule en Suisse et profite d’un beau single trail serpentant dans la pente. La descente traverse de magnifiques alpages, longe des torrents et rejoint les forêts d’aroles. En parcourant cette itinérance de trois jours, en VTT bikepacking, avec le Théorème GTR, j’aurai traversé des montagnes sauvages et touché l’âme suisse.

Infos pratiques
Le Nationalpark Bike-Tour est balisé du numéro 444 sur le terrain.
La trace GPX est disponible ci-dessous :
https://maps.graubuenden.ch/de/tour/mountainbikerouten/444-nationalpark-bike-marathon/6928063/

Infos générales en français
www.myswitzerland.com/fr-be/

Récit de :

Pierre Pauquay

Partagez cet article

Abonnez-vous à la newsletter


Recevez les dernières actualités Origine directement par email.